Le monde au défi (Hubert Védrine; Editions Fayard; mars 2016)

Le_monde_au_défi_VEDRINEParmi le brouhaha des experts en géopolitique, quelques voix se distinguent dans le paysage intellectuel français pour apporter de la hauteur et des analyses originales. Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, en fait assurément partie et dévoile avec son dernier livre, « Le monde au défi », un nouvel élément à sa réflexion singulière sur l’état du monde.

Dans un essai d’une centaine de pages articulé autour de quatre chapitres thématiques, Hubert Védrine parvient brillamment à dresser un panorama des enjeux stratégiques mondiaux de manière concise mais non caricaturale tout en dénonçant quelques idées préconçues et en essayant de proposer une stratégie, à même de sortir par le haut notre monde décidément très chaotique.

Il commence par déconstruire le concept de « communauté internationale », expliquant de manière très directe qu’elle n’existe pas encore, allant à rebours des incantations politico-médiatiques qui utilisent ce concept sans s’interroger sur sa réalité concrète. Que ce soit en matière culturelle, économique, politique ou stratégique, il n’y a au mieux que des bribes de communauté internationale, mais rien de suffisamment solide et puissant pour accréditer cette idée.

L’auteur insiste sur la situation des Occidentaux qui semblent être désemparés devant un monde qui n’est pas ce qu’il devrait être selon leurs modes de pensée non universalistes. Il poursuit sur les causes de l’échec d’une communauté internationale en revenant entre autres sur la construction européenne avec une analyse forte, que peu de dirigeants osent dire : à savoir qu’elle s’est faite en niant les nations, les identités des peuples, l’idée même d’une puissance européenne (p.31). Son jugement peut paraître trop tranchant, car il néglige l’approche transnationale pourtant indispensable à une Union européenne autre qu’une simple association d’Etats mais la situation actuelle de cet ensemble tend à lui donner raison, avec la résurgence de divers nationalismes.

En listant tous les freins actuels à la mise en place d’une communauté internationale, Hubert Védrine en vient à souhaiter un choc créateur pour relancer un processus jamais vraiment abouti, jamais totalement soutenu, et qui ne répond d’ailleurs pas aux (trop nombreuses) attentes des populations. L’auteur, fidèle à son approche réaliste des relations internationales, constate que « nous allons devoir vivre durablement dans un système mondial chaotique, en permanence instable » (p.76). Pour résister à ce système négatif, il propose quelques solutions dont pour l’Union européenne un scénario en trois étapes : une pause, une mise à plat et un renforcement limité. Tout en adhérant à cette idée pleine de bon sens, on peut objecter que l’auteur sous-estime la faiblesse des dirigeants politiques, qui n’agissent qu’à court terme et dont le courage politique est trop souvent aux abonnés absents.

Face cette apparente aporie de solutions, Hubert Védrine défend une idée novatrice : favoriser un processus d’écologisation, c’est-à-dire passer « de la géopolitique à la géo-écologie » pour aboutir à terme à une véritable communauté internationale. En effet, l’auteur fait le constat (terrible) que seule la nécessité, vitale à proprement parler de garder la terre habitable pourra créer une convergence de points de vue. Mais cela ne se fera pas facilement et ce pour plusieurs raisons. Le risque écologique n’est pas apprécié de la même façon par tous, il est trop souvent résumé au changement climatique, négligeant la biodiversité qui est pourtant l’un sinon l’enjeu majeur de ce début de siècle. Au passage, l’auteur critique sévèrement le parti écologiste français, dont le dogmatisme a desservi les causes qu’il était censé défendre, rendant difficile l’acceptation par tous de changements sociétaux pourtant nécessaires. Il identifie au final trois résistances à cette révolution humaine : une idéologique liée à l’idée de progrès qui a structuré nos modèles de société depuis deux siècles, une pratique liée à un impératif de croissance (il est en effet difficile dans un contexte de crise de demander à des personnes de renoncer à ce modèle économique) et enfin une de précaution liée à la protection de l’emploi.

Hubert Védrine insiste fortement quant à la nécessité d’agir sur le long terme, évoquant un processus de plusieurs décennies qui ne réussira qu’avec une gestion consensuelle d’un processus systématique d’écologisation (p.104). De manière judicieuse, il propose même la création d’un nouvel indicateur de richesse, le PIB-E (comme écologique), qui permettrait de mieux apprécier les politiques des Etats et surtout d’inciter ces derniers à mettre au cœur de leurs stratégies l’approche écologiste. A terme, en cas de succès, nous pourrions avoir une « communauté écologique internationale » (p.112).

Très bien écrit, accessible à tous et stimulant d’un point de vue intellectuel, « Le monde au défi » détonne dans un paysage médiatique et intellectuel aseptisé, miné par une aporie de propositions, de stratégies. Le dernier livre d’Hubert Védrine démontre qu’en peu de pages, on peut proposer une analyse de qualité qui met des mots sur des difficultés trop souvent occultés tout en proposant des voies de sortie possibles. Sa lecture est à conseiller à tous, et en particulier à nos dirigeants politiques qui ont en effet un grand besoin de visions prospectives.


Recension réalisée le 6 mai 2016

Lien vers le site de la maison d’édition: http://www.fayard.fr/le-monde-au-defi-9782213700892

La dernière bataille de France (Général Vincent Desportes; Collection Le Débat; Editions Gallimard; octobre 2015)

DESPORTES_FRANCE_ARMEELa Défense française est sur le devant de la scène depuis plusieurs années maintenant : guerres en Afghanistan, Libye, Mali, RCA, forte participation à la protection des citoyens via le plan Vigipirate dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. En d’autres termes, elle est mobilisée sur de nombreux fronts, intérieurs et extérieurs avec une amplitude de missions toujours plus grande. On pourrait s’attendre à ce que ses moyens soient proportionnels à ses missions ; or il n’en est rien et même pire : plus les armées françaises sont sollicitées, plus on leur demande de procéder à des économies majeures dans leur fonctionnement, leur maintien et leur développement, à tel point que la question de la possibilité de mener à bien leurs missions, dont la guerre, est aujourd’hui clairement posée. Cette question se joint à une autre encore plus essentielle : la France a-t-elle encore à sa disposition une armée capable de la protéger durablement ?

C’est ce thème qu’aborde avec un brio peu commun le Général Vincent Desportes dans son livre « La dernière bataille de France ». Général de division de l’Armée de terre, directeur du Centre de doctrine et d’emploi des forces, puis du Collège interarmées de Défense, le Général Desportes quitte le Ministère de la Défense après avoir été sanctionné pour des propos critiques sur la stratégie américaine en Afghanistan. Il a désormais une parole libre, dont il fait judicieusement profiter le lectorat francophone.

Son livre se compose d’une dizaine de chapitres imbriqués les uns aux autres au service d’une démonstration implacable qui ne peut qu’interroger le citoyen. Elle se résume schématiquement de la façon suivante : 1. La France a désormais une armée sans moyens adéquats pour remplir ses missions 2. Pourtant elle doit faire face à un nombre accru de menaces et d’ennemis qui ne peuvent être vaincus que sur le long terme 3. La France est seule en réalité avec une Europe aux abonnés absents en matière de défense et des Etats-Unis qui pensent d’abord à leurs propres intérêts stratégiques 4. Les armées françaises sont fortement déconsidérées par le pouvoir politique alors qu’elles constituent un pilier de la Nation et qu’investir dans son industrie (cf « cœur de souveraineté industrielle »)  est positif d’un point de vue financier tout en assurant une autonomie stratégique 5. La Grande muette porte malheureusement trop bien son nom et son manque d’expression laisse croire qu’elle peut supporter toujours plus les limites alors que les armées françaises sont au bord de la rupture.

De manière plus détaillée, l’auteur part des différents livres blancs, des lois de programmation militaire et de leurs rectifications budgétaires pour alerter sur le danger qui nous guette : les armées françaises ne sont plus en mesure d’assurer les cinq fonctions stratégiques définies par le Livre blanc à savoir le renseignement, la prévention, la dissuasion, la protection et l’intervention. Le discours ne suit pas la réalité des faits, poussant même l’auteur à affirmer qu’il y a une contradiction entre notre politique extérieure et notre politique militaire. Or, pour être efficaces, celles-ci doivent se faire écho, sans quoi elles perdent mécaniquement de leur puissance.

Mais ce qu’il critique le plus, c’est en quelque sorte l’impossibilité, l’incapacité des dirigeants à penser autrement le fonctionnement de la Défense qu’en termes financiers. L’auteur rappelle que le Ministère de la Défense est celui qui a le plus souffert des coupes budgétaires ces dernières années, des réformes qui n’ont rien apporté d’autre que des complications perturbant le bon fonctionnement des armées. Il démontre clairement que l’idée selon laquelle on peut remplir les mêmes missions avec toujours moins de soldats, mais avec plus de technologie, est une utopie dangereuse qui participe à la fragilisation des armées.

En effet, l’incorporation de technologies a un coût conséquent qui est répercuté sur le nombre de personnels militaires disponibles. On arrive donc à une diminution des formats, à abandonner des pans entiers de capacités au nom d’une dérive technologique qui creuse les comptes du budget de la Défense et qui constitue selon l’auteur une « contre-productivité globale ».

D’un point de vue conceptuel, l’auteur estime que « nous avons structuré nos armées pour des guerres doctrinalement courtes ; or, nous conduisons des guerres concrètement longues. » La France aujourd’hui gagne des batailles mais perd ses guerres faute d’une stratégie clairement définie au départ et de moyens humains suffisants pour la réaliser. Car comme le rappelle le Général, ce n’est qu’au moyen de forces d’une quantité suffisante que l’on peut réellement gagner une guerre. Rappelons au passage que nous sommes passés pour l’armée de terre d’un effectif de 350 000 soldats en 1984 à 120 000 aujourd’hui. La guerre ne peut se faire avec les seuls commandos. Il faut une occupation de l’espace ciblé par des troupes nombreuses, ce dont la France n’est plus capable aujourd’hui.

Cette incapacité est en partie liée au manque de cohérence stratégique de la Défense française qui sacralise par exemple le budget de la dissuasion nucléaire, sans s’interroger sur sa finalité objective. Y consacrant entre 10 et 20% de son budget, selon les modes de calcul, elle fait de la dissuasion une fonction stratégique isolée. L’auteur, sans remettre nullement en cause le principe de dissuasion, rappelle cependant qu’ « en stratégie de défense, ce qui compte, c’est l’équilibre d’ensemble plus que la puissance de chacune des composantes. » Il questionne ainsi la pertinence stratégique de la composante aéroportée, la nécessité de normes trop élevées en termes d’efficacité pour la dissuasion qui ont des impacts économiques énormes, au détriment d’autres pans de la Défense française qui sont en souffrance.

L’auteur rappelle ainsi que de nombreux équipements (véhicules blindés) sont largement suremployés, que les personnels militaires voient leur entraînement réduit afin de répondre aux missions toujours plus nombreuses qui leur sont demandées dans des temps toujours plus courts. Ces conditions de vie des soldats et du mode de fonctionnement global de la Défense sont une faiblesse grave de nos armées, dont l’efficacité, l’attractivité pourraient en être affectées à moyen terme. Seule la possibilité donnée aux militaires de s’exprimer réellement pourrait redonner de l’espoir à des armées qui ne se sentent ni écoutées, ni comprises.

L’auteur soulève un autre problème pas forcément connu du grand public : le cantonnement aux questions purement techniques des militaires qui ont perdu de l’influence et dont on ne fait guère plus appel pour les questions d’ordre stratégique. Or, ces derniers possèdent une vision d’ensemble des réalités de la Défense contrairement aux politiques et personnels civils qui ont une autre culture de fonctionnement. Ce n’est qu’en rééquilibrant les rapports politiques / civils / militaires dans les structures de décision que l’on parviendra peut-être à trouver des solutions pour éviter à l’armée française une nouvelle débâcle.

Toutefois, l’espoir n’est guère de mise pour le Général Desportes qui déplore l’absence de vision de la France et soulève trois défauts majeurs de la défense militaire : le manque d’épaisseur stratégique, les « discontinuités » capacitaires et le déficit d’autonomie stratégique. Pour éviter la catastrophe, il faut un sursaut qui doit venir du pouvoir politique, même si ce dernier a tendance à privilégier les discours aux réformes concrètes pourtant indispensables. Seule une grave crise alerterait l’opinion publique, mais dans ce cas, cela signifierait que l’on aurait échoué en amont et que la défense de la France ne serait plus réellement assurée.

C’est d’ailleurs tout le mérite de ce livre très bien écrit et accessible à tous : nous interroger sur notre défense, sur ce pilier qui nous assure notre sécurité et dont nous pensons à tort que c’est un acquis qui n’a pas besoin d’être consolidé. Ce livre est fortement recommandé car il donne également des pistes de réflexion sur la place de la France dans le monde, sur le mode de fonctionnement de nos armées et sur notre incapacité quasi structurelle à formuler des stratégies dans le monde d’aujourd’hui.

« La dernière bataille de France » est amenée à devenir un classique de la réflexion stratégique. Souhaitons qu’il soit lu par le plus grand nombre pour éviter le pire.


Recension réalisée le 30 novembre 2015

Lien vers le site de la maison d’édition: http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Le-Debat/La-derniere-bataille-de-France