Islamistan, visages du radicalisme (Claude Guibal; Editions Stock; février 2016)

IslamistanIslamisme, islamisme politique, terrorisme islamiste, etc… Ce mot « islamisme » et ses dérivés sont repris en boucle dans le débat public depuis des mois, sans que les protagonistes ne questionnent les concepts qu’ils emploient. Le résultat est simple et malsain : des confusions sémantiques en tout genre qui conduisent à une caricature et à une stigmatisation d’une religion et de ses croyants. Ces derniers sont ainsi de plus en plus souvent réduits à un titre, « islamistes », sans que cela ne reflète leur mode de pensée.

C’est dans ce contexte que doit s’apprécier la lecture de l’essai « Islamistan, Visages du radicalisme » de Claude Guibal, journaliste à Radio France. Le titre peut surprendre dans un premier temps, car on craint une volonté de généraliser un monde musulman ô combien multiple, mais le sous-titre rassure et esquisse la fine analyse de l’auteur. Il est question des visages du radicalisme, en d’autres termes d’étudier le polymorphisme de l’islamisme, que ce soit au niveau géographique, sociétal, etc…

La force principale de l’ouvrage réside dans l’approche terrain revendiquée par l’auteur. Longtemps correspondante terrain (en particulier en Egypte), elle offre au lecteur des témoignages multiples, à même de nous aider à comprendre la complexité du concept d’islamisme. Elle fait ainsi appel à des témoins issus de différents pays, de différentes cultures, de différents milieux professionnels, leur donnant longuement la parole pour tenter d’expliquer l’évolution de la réalité de l’islamisme, dont le sens peut varier à chaque rencontre de l’auteur.

Le livre s’articule autour d’une dizaine de chapitres thématiques, permettant au lecteur d’entrevoir les réalités de l’islamisme en Egypte principalement, mais aussi en Arabie saoudite, en Syrie, en Iran, etc… Le cas égyptien est le plus longuement et le mieux traité de l’ouvrage. L’auteur constate page 11 qu’il n’a fallu qu’une « poignée d’années à peine pour que, en Egypte, le voile ne devienne la norme chez les musulmanes, et le niqab, presque une banalité. (…) Pas un milieu qui n’ait été épargné ». Ce phénomène s’explique en partie d’après l’auteur par une « réislamisation du pays entamée dans les années 1970, entretenue par les travailleurs partis pour le Golfe et revenus, au début des années 1990, avec la guerre du Golfe, pétris des normes wahhabites en vigueur en Arabie saoudite et dans les Emirats ».

L’auteur déplore que l’islamisme soit devenu un mot fourre-tout, dont la puissance d’évocation écrase tout (page 16) et qui n’est pas forcément utilisé par les musulmans. Claude Guibal donne ainsi la parole à un Egyptien pour qui personne ne se définit comme islamiste. Certes, ce n’est qu’un témoignage mais il montre que la perception même de l’islamisme est tout sauf unique.

Dans sa présentation de la situation en Egypte, l’auteur livre une analyse de grande qualité sur le rôle et la perte de puissance des Frères musulmans (elle parle même de crépuscule dans le chapitre 3), bien qu’ils aient essayé d’adopter différentes stratégies afin de ne plus susciter la crainte au sein de la population en changeant leur image. Le portrait fait de Mohamed Morsi al-Ayat, surnommé « la roue de secours », avant son accession au pouvoir, éclaire sous un jour très intéressant le destin de cet homme et explique en partie les raisons de son échec. Sa rencontre avec Gamal al-Banna, frère d’Hassan al-Banna fondateur des Frères musulmans, rappelle les dissensions internes chez les Frères musulmans, Gamal al-Banna étant très critique sur la dérive autoritaire et la gouvernance aveugle incarnées par Mohamed Morsi, dont le slogan était : «L’islam est la solution, le Coran est notre constitution ».

Les portraits se suivent et se complètent de leurs différences pour aboutir à une volonté partagée par de nombreux interlocuteurs de repenser l’islam aujourd’hui figé. Cela ne peut se faire facilement, le renouveau religieux passant parfois pour une réislamisation à grands pas, provoquant une réaction de rejet. Au travers des portraits proposés par l’auteur, on remarque un même phénomène : il y a deux réalités, le visible et l’invisible. Ainsi, en Arabie saoudite à  Jeddah se trouve l’université de Dar al-Hekma réservée aux femmes. Ces dernières bénéficient d’une éducation supérieure de bon niveau, mais doivent toujours se couvrir devant un homme (mais est-ce contradictoire pour elles ?). Un des témoins, Nauf (chapitre 6), conduit mais a passé le permis à l’étranger. Il y a donc des débuts de libertés supplémentaires, mais cela se fait toujours par petites étapes, en intégrant les règles religieuses dans des proportions plus ou moins importantes, le tout étant de ne pas se faire arrêter par les muttawas, la police religieuse.

Comme le rappelle l’auteur à juste titre page 86, les Saoud ont laissé le contrôle de la société aux religieux, en échange d’une forme d’adoubement, un « sceau de légitimité divine », tandis qu’eux gardaient la main sur le reste, l’argent, la guerre et la politique étrangère. Les passages sur l’Arabie saoudite nous poussent à voir ce royaume comme un pays de contrastes, à la fois rétrograde sur de nombreux aspects, mais capable en même temps de nommer une femme (présentée dans l’ouvrage), chef de clinique.

L’un des chapitres les plus intéressants porte sur l’islam 2.0 avec une étude précise et documentée du site IslamOnline, qui était diffusé en arabe et en anglais, attirant plus de trois millions de visiteurs par mois. L’objectif de ce site, dont le projet est né au Qatar, était de remettre l’islam au centre de tout. Son succès s’est brutalement arrêté peu de temps avant les Printemps arabes, lorsque les investisseurs qataris ont décidé de la fermeture du site, jugeant ce dernier trop moderniste. Encore un exemple des tiraillements qui secouent l’islam entre ceux qui souhaitent le figer et ceux qui souhaitent l’adapter au monde actuel.

Au terme de cet ouvrage, force est de constater que l’auteur a réussi son pari. Loin de vouloir donner des leçons et imposer une définition de l’islamisme (une seule définition globalisante ferait-elle sens d’ailleurs ?), Claude Guibal incite le lecteur à penser d’une autre manière le radicalisme islamique, qui doit être considéré comme multiple pour éviter approximations et contrevérités. Son choix éditorial, basé sur des portraits et des mises en contexte, est excellent et devrait être vivement conseillé aux chercheurs qui travaillent sur ce thème et sur le Moyen-Orient en général. Très bien écrit, accessible à tous sans tomber dans le simplisme, « Islamistan, visages du radicalisme » est à conseiller aussi bien à des étudiants qui s’intéressent à l’islam, au Moyen-Orient, qu’aux citoyens soucieux d’avoir des éléments de réflexion pour participer au débat public.

Souhaitons que dans une réédition, l’auteur puisse ajouter un chapitre sur la perception de l’islamisme dans d’autres aires géographiques que le Moyen-Orient, en Asie par exemple, où l’islam occupe dans certains états une place importante.


Recension réalisée le 6 août 2016

Lien vers le site de la maison d’édition: http://www.editions-stock.fr/islamistan-9782234077171

Le retour des djihadistes (Patrick COCKBURN; Editions Équateurs Documents; novembre 2014)

EI_COCKBURNL’Etat islamique ou Daesh occupe depuis un an une place spécifique dans les médias qui décrivent ses exactions, soulignent la surprise et les réactions peu efficaces des politiques, et participent indirectement à la reconnaissance de cette organisation terroriste en se bornant à du factuel au lieu d’analyser les véritables enjeux. Il est vrai que la tâche est difficile car le phénomène Daesh est récent et surtout dangereux à approcher. D’où des analyses d’ « experts » peu précises, et souvent fausses, entre exagération et sous-estimation.

Seule une poignée de personnes peuvent légitimement parler de Daesh. Il s’agit surtout de personnes ayant été « sur le terrain », ayant vécu plusieurs années en Syrie ou en Irak pour comprendre réellement les ressorts des sociétés et les rapports géostratégiques. Patrick Cockburn en fait clairement partie : correspondant au Moyen-Orient pour le quotidien The Independant, il connaît parfaitement la région et en particulier l’Irak, pays à qui il a consacré plusieurs ouvrages.

Son dernier livre qui fait ici l’objet d’une recension s’intitule « le retour des djihadistes » avec pour sous-titre « aux racines de l’Etat islamique ». Dans un ouvrage d’un peu moins de 180 pages, articulé autour de six chapitres, Patrick Cockburn dresse un remarquable (et grave !) panorama géopolitique de la zone Irak / Syrie / Arabie saoudite. Evitant le piège de simplement décrire les actions actuelles de Daesh, il s’intéresse aux tendances qui ont favorisé l’émergence de ce groupe terroriste qui entend s’ancrer dans un territoire pour mettre en pratique sa vision ultra-rigoriste de l’islam salafiste, à la différence d’Al-Qaïda qui souhaitait étendre le djihad au niveau mondial.

Passé le parallèle avec le nazisme des années 30 qui ne nous semble pas pertinent, l’analyse de Cockburn permet de comprendre que Daesh est né en partie des erreurs multiples des Occidentaux. En ne s’en prenant pas aux vrais financeurs du terrorisme après le 11 septembre 2001, à savoir l’Arabie saoudite et l’Afghanistan, les Américains se sont trompés d’ennemi et se sont aventurés dans une guerre en Afghanistan qui, au lieu de mettre fin au terrorisme, n’a fait que le renforcer. De même, l’intervention en Irak a été la première étape d’un chaos croissant dans la région, et qui va à l’encontre des intérêts occidentaux dans la région (le rôle de l’Iran comme puissance régionale). En déstabilisant profondément et durablement l’Irak via la non-utilisation des forces armées irakiennes existantes, via la nomination de dirigeants qui ont divisé le pays d’un point de vue confessionnel, les Etats-Unis ont préparé le terrain pour des groupes terroristes qui ont pu profiter de la désorganisation générale des services de sécurité.

Le cas syrien est emblématique de l’incapacité stratégique des Occidentaux à favoriser la paix dans la région : en annonçant avec précipitation la chute de Bachar Al-Assad, sous-estimant sa force et ses soutiens régionaux, les Occidentaux ont plongé le pays dans une catastrophe humanitaire et politique. L’opposition, divisée, mal organisée, a été très rapidement gangrénée par des groupes terroristes djihadistes, ce qui a jeté le discrédit sur l’opposition dans son ensemble et limité au strict minimum l’aide logistique internationale.

Affaibli par une décennie de lutte sans merci contre les Etats-Unis, Al-Qaïda a perdu une bonne partie de ses cadres expérimentés et s’est vu débordé progressivement par d’autres groupes djihadistes terroristes, le plus important étant Daesh. Ce dernier dispose de troupes aguerries, d’un matériel de qualité souvent volé aux forces armées irakiennes ou aux Occidentaux lors des largages aux opposants à Bachar Al-Assad, d’une capacité sans égale à médiatiser son combat, adoptant les codes occidentaux en matière de communication. Son efficacité se vérifie sur le terrain, comme en atteste les récentes informations évoquant le choix tactique de Daesh d’attaquer frontalement Damas. Ce serait un moment historique et une nouvelle démonstration de la puissance militaire et stratégique de l’Etat islamique.

Mais Patrick Cockburn, dans une démarche d’historien, voit dans la date du 10 juin 2014, un moment historique clé dans ce conflit. A cette date, Daesh est parvenu avec environ 1300 hommes à s’emparer de Mossoul, l’une des plus grandes et importantes villes d’Irak, alors que l’armée irakienne comporte plus de 350000 soldats et bénéficie d’un budget supérieur à 40 milliards de dollars. L’auteur y voit « une des plus grandes débâcles militaires de tous les temps » ce qui est partiellement juste : en effet, si l’on se base sur le seul rapport de force, il est clair que c’est un exploit unique (et inquiétant). Mais si l’on entre dans le détail du fonctionnement de chaque protagoniste, on observe que l’armée irakienne est corrompue à tous les niveaux (c’est très bien décrit par l’auteur), démoralisée, mal formée. Tandis qu’en face, le recrutement en continu de nouveaux combattants motivés, formés avec du matériel récent, prêts à mourir dans des attentats suicides, permet à Daesh de prendre l’ascendant.

Très bien écrit (et traduit), parvenant à vulgariser des réalités complexes sans tomber dans le général et l’imprécis, l’ouvrage de Patrick Cockburn est à conseiller à tous ceux, étudiants, experts ou citoyens qui cherchent à comprendre le phénomène Daesh.


Recension réalisée le 2 avril 2015

Lien vers le site de la maison d’édition: http://editionsdesequateurs.fr/enLibrairie/Documents/LeRetourDesDjihadistes