François & Angela (Nicolas BAROTTE; Editions Grasset; septembre 2015)

François&AngelaLa construction européenne est étroitement liée à ce qu’on appelle le moteur ou le couple franco-allemand. En effet, depuis ses débuts dans les années 50, l’Europe s’est faite pour de bonnes et de mauvaises raisons autour des deux principales puissances que sont la France et l’Allemagne. Lorsqu’il y a eu des crises à surmonter ou au contraire de vraies avancées, cela s’est toujours fait avec l’équipe franco-allemande, comme si leur destin était irrémédiablement lié, après pourtant de nombreuses guerres qui les avaient opposées.

Lorsque les institutions européennes ne peuvent faire face à des crises (crise économique, crise migratoire, etc…), on fait « naturellement » appel aux dirigeants français et allemand pour impulser un projet à même de rassembler les autres membres de l’Union européenne. Cela ne veut pas dire que les dirigeants français et allemand sont systématiquement sur la même ligne politique. Bien au contraire, à de nombreuses reprises, des divergences plus ou moins fortes ont été visibles entre les deux pays, mais à chaque fois, ils sont parvenus à surmonter les obstacles et à faire suffisamment de compromis pour éviter la rupture, symbole de grave paralysie de l’Union européenne.

C’est à cette entité politique et géopolitique qu’est le couple franco-allemand que s’intéresse Nicolas Barotte, journaliste au Figaro, dans son livre « François & Angela ». Remarquons que le titre n’emploie que les prénoms des dirigeants politiques, comme pour souligner la proximité qui les lie, cette idée étant renforcée par la photographie de la couverture, où l’on voit les deux dirigeants se réconforter après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015.

L’ouvrage est composé d’une vingtaine de chapitres assez courts (une dizaine de pages en moyenne) mais clairs et écrits dans un style agréable. L’auteur a eu la bonne idée de ne pas commencer son livre lors de l’élection de François Hollande en 2012, mais de revenir sur la situation de chacun des protagonistes lorsque le couple franco-allemand était composé de Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

Tout au long de l’ouvrage, on remarque plusieurs tendances qui donnent des clés de compréhension de cette association politique par nécessité. Le couple franco-allemand se construit par l’effort, chacun devant apprendre à connaître l’autre, à comprendre son mode de fonctionnement et les limites de son pouvoir, souvent liées à des considérations nationales. C’est aussi une question de caractère, où la part de l’humain ne doit pas être sous-estimée, comme le souligne l’auteur. François Hollande et Angela Merkel ont des parcours personnels et professionnels très différents qui ont des conséquences sur leur manière de faire de la politique et de communiquer. Nicolas Barotte parvient à trouver les bonnes formules psychologiques pour montrer ce qui les rapproche et ce qui les éloigne.

Mais il ne se contente pas de faire un portrait croisé des caractères de chacun. A travers le récit des épreuves qu’ils ont dû surmonter (crise économique européenne, réforme des institutions européennes, crise ukrainienne, etc…), il montre avec brio les rapports de force qui sous-tendent la relation franco-allemande et qui expliquent indirectement la capacité du couple à peser efficacement ou non sur des choix stratégiques pour l’Union européenne. Ce qui transparaît en filigrane du livre, c’est que la France est une puissance politico-militaire qui perd de son influence en raison d’une situation économique problématique et inquiétante, tandis que l’Allemagne affirme son statut de puissance économique majeure mais sans oser devenir le leader politique européen que beaucoup attendent.

L’Allemagne mène une partition délicate avec son partenaire car elle ne peut fermer les yeux ni sur l’absence de réformes structurelles concrètes de ce dernier ni sur son non-respect des exigences européennes en matière de déficit, sous peine de perdre de sa crédibilité auprès des autres membres de l’Union européenne. Mais elle ne peut également être trop directe et menaçante dans ses critiques vis-à-vis de la France (ce dont profite allégrement cette dernière) sous peine de voir son image écornée au sein de l’opinion publique française qui y verrait un diktat. L’auteur ne cherche pas à choisir un camp qui serait « mieux » qu’un autre et ce qui fait la force du livre : il dresse un constat précis des forces et faiblesses de chacun, démontrant au final que ces deux pays voient les faiblesses de l’un compensées par les forces de l’autre. Ainsi, la France assume son statut de puissance militaire en intervenant sur de nombreux théâtres d’opérations (Afrique, Moyen-Orient) ce qui a un coût financier conséquent, et l’Allemagne apporte son soutien économique et logistique, mettant de côté dans ce cas ses critiques sur la rigueur budgétaire que la France devrait suivre.

On note à la lecture de l’ouvrage chez Angela Merkel un vrai sentiment européen, que l’on ne retrouve guère malheureusement chez les responsables politiques français qui font de l’Union européenne la raison des problèmes qu’ils ne parviennent pas à régler. L’Allemagne vise à renforcer l’Union européenne, un moyen pour elle de maintenir sa position économique, mais sans vouloir appliquer un modèle allemand à l’Union européenne ce qui est important de préciser. Le couple Hollande / Merkel a connu des hauts et des bas, comme le décrit très bien l’auteur, mais il se pérennise même si l’on peut craindre des distorsions de plus en plus fortes à contenir. Alors que le président français a une côte de popularité faible et ne parvient pas à fixer une stratégie à même de relancer l’économie française, la chancelière allemande bénéficie d’un soutien qui ne se dément pas malgré ses mandats successifs, aidée il est vrai par un modèle économique performant quoique perfectible.

Si la France ne parvient pas à se réformer (les conseillers d’Angela Merkel pensent qu’elle peut le faire pourtant !), elle risque de se crisper lors de ses échanges avec l’Allemagne car elle aura de moins en moins de marges de manœuvre, tandis que l’Allemagne devra, à contrecœur, assumer son rôle de première puissance européenne avec un risque de germanophobie nuisible à l’Union.

Au final, grâce à nombreux entretiens avec des responsables politiques et des conseillers des deux pays, Nicolas Barotte réussit à nous décrire les coulisses du couple franco-allemand, pivot de l’Union européenne. Malgré un plan qui nous semble perfectible et qui n’empêche pas les redites, l’auteur signe un livre très intéressant et utile pour qui veut comprendre la mécanique franco-allemande.


Recension réalisée le 13 novembre 2015

Lien vers le site de la maison d’édition: http://www.grasset.fr/francois-et-angela-9782246811251

La guerre au Mali, comprendre la crise au Sahel et au Sahara, enjeux et zones d’ombre (sous la direction de Michel GALY; Editions La Découverte; juin 2013)

LA GUERRE AU MALILe Président François Hollande s’est rendu en septembre 2013 au Mali pour féliciter le nouveau président élu mais également pour se féliciter du succès de l’opération militaire française appelée « Serval » qu’il a lancée le 11 janvier 2013, afin de mettre un terme à la progression des forces djihadistes et des Touaregs vers le sud du pays. Présentée comme une victoire, cette opération ressemble en vérité davantage à un écran de fumée, censé caché des problèmes bien plus complexes, pour lesquels la France a d’ailleurs une part de responsabilité.

Tout d’abord, même s’il y a eu des combats, force est de constater que les affrontements n’ont pas été aussi nombreux qu’imaginés par les militaires français, pour la simple raison que leurs adversaires ont préféré se replier, se cacher, pour entreprendre par la suite une guerre de harcèlement, une fois que le gros des troupes françaises aura regagné la France.

Deuxièmement, l’intervention a eu lieu exclusivement au Mali, laissant penser que le problème nécessitant une action militaire (mais est-ce que le militaire est suffisant dans ce genre de situation ?) était circonscrit au pays. Or, dès la lecture de la quatrième de couverture de l’ouvrage dirigé par Michel Galy, professeur de géopolitique, on comprend bien que l’attention doit être portée sur l’ensemble de la zone Sahel / Sahara. En effet, une action terroriste perpétrée sur le territoire algérien par exemple peut être le résultat d’actions antérieures entreprises dans des pays voisins pour des motifs transnationaux.

A première vue, on aurait pu craindre que l’ouvrage « La guerre au Mali » soit de faible qualité, pauvre en contenu et qu’il ne se contente que d’enrichir des informations factuelles fournies par les médias, eu égard à la date de publication, très proche du déroulement du conflit. Or, il n’en est rien. Nous avons ici affaire à un livre de grande qualité, qui permet en un peu moins de deux cent pages d’avoir des éléments d’analyse pertinents quant à la géopolitique de la région Sahel / Sahara.

L’ouvrage est composé de huit chapitres, autonomes dans leur lecture, même s’il est préférable de suivre l’ordre retenu pour mieux apprécier le niveau d’analyse très détaillé des derniers chapitres. Michel Galy a réuni des experts de la région qui offrent un regard sans concession sur une guerre que tous jugent insuffisante pour remédier aux problèmes de fond de la région. Ils mettent en avant également le fait que cette guerre répondait à une certaine « logique », car elle est le fruit d’une histoire complexe de la région Sahel / Sahara où se mêlent héritage colonial (français principalement), revendications sociétales (les Touaregs), jeux troubles des services secrets de la région (et en particulier le DRS algérien), crise économique et humanitaire qui perdure en raison des conditions climatiques peu favorables, mais aussi et surtout d’une désorganisation des pouvoirs en place qui ont adopté des modèles occidentaux sans les adapter à leurs spécificités.

Le chapitre 2 sur « le nouveau « grand jeu » des puissances occidentales au Sahel » de Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, le chapitre 4 intitulé « quelques traits du Mali en crise » de Jean-Louis Sagot-Duvauroux et le chapitre 6 sur « « la question touarègue », quels enjeux ? » de Hélène Claudot-Gawad apportent des grilles de lecture fondamentales sur les problématiques de la région et du Mali en particulier, tant et si bien que l’on aurait souhaité que cet ouvrage soit publié il y a quelques années, afin de tenter de rectifier le tir et d’éviter la situation actuelle.

En effet, le temps joue clairement contre ceux qui cherchent des solutions : la question touarègue n’est en rien réglée alors qu’elle est une pierre angulaire des troubles dans la région, même s’il faut reconnaître que les services secrets algériens (et occidentaux) ont une part de responsabilité dans ce chaos. Les programmes régionaux, favorisés surtout par les Etats-Unis, ne permettent pas d’avancées notables, car leurs interlocuteurs sont divisés et cherchent avant tout leur propre intérêt. La France n’est pas absente de la région, comme en témoigne son intervention au Mali, mais sa marge de manœuvre n’est pas non plus si grande qu’on pourrait bien vouloir l’imaginer, eu égard à sa forte dépendance des ressources énergétiques de la région.

Le livre « La guerre au Mali » est clairement une réussite, qui devrait être lu par tous ceux aspirant à comprendre à la fois une guerre, mais aussi la géopolitique d’une région qui n’est pas si loin de l’Occident. Bien écrit, accessible à tous mais sans renoncer à un contenu parfois pointu, le livre aurait peut-être mérité, pour être complet, un chapitre davantage prospectif, s’interrogeant (quitte à se tromper) sur le devenir à 5-10 ans de cette région à l’intérêt géo sécuritaire majeur pour le monde.


Recension rédigée le 22 septembre 2013

Lien vers le site de la maison d’édition: http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_guerre_au_Mali-9782707176851.html