Goodbye Europe (Sylvie Goulard; Café Voltaire Editions Flammarion; mai 2016)

Goodbye_europeAlors que le Royaume-Uni vient de décider par référendum de sortir de l’Union européenne (le fameux Brexit), provoquant au passage la démission du Premier Ministre David Cameron et plongeant l’Union européenne dans son ensemble dans l’incertitude, la lecture de l’ouvrage qui fait ici l’objet d’une recension arrive à point nommé. Sylvie Goulard, députée européenne qui a travaillé en autres auprès de Romano Prodi lorsqu’il était président de la Commission européenne, signe un essai de grande qualité intitulé « Goodbye Europe ».

Contrairement à ce que le titre pourrait suggérer, il s’agit d’un plaidoyer pour l’Europe, où l’auteur s’emploie à en montrer ses contradictions, ses forces et ses faiblesses et ce qu’il faudrait pour qu’elle suscite de nouveau de l’intérêt chez les peuples européens. Sylvie Goulard part du cas britannique pour livrer son analyse qui ne prétend pas à l’exhaustivité mais qui a le grand mérite de mettre en évidence les responsabilités de chacun.

Articulé en trois chapitres thématiques (L’Union européenne dans le miroir britannique / Quelle que soit la décision des Britanniques / Refaire l’Europe), « Goodbye Europe » commence par questionner le lecteur en lui demandant : « Allons-nous confier aux seuls Britanniques le soin de décider, par défaut, du destin de l’Union européenne ? » (p11). La question est d’autant plus légitime que peu de commentateurs ont relevé cette incongruité : un membre de l’Union européenne peut, par sa seule volonté de la quitter, influencer dans une ampleur démesurée le devenir de cette structure politique. Mais l’auteur rappelle à juste titre page 14 que « le drame, ce n’est pas la force du Royaume-Uni, c’est la faiblesse de ses partenaires ».

Sylvie Goulard évite le piège trop fréquent de désigner un coupable isolé et cherche au contraire à montrer les réactions en chaîne qui ont abouti aux responsables des échecs. Elle rappelle que dès 1950, la Grande-Bretagne a éprouvé une certaine répugnance à participer à la construction européenne, mais que dans le même temps, la France, qui est présentée comme un des piliers de l’Europe n’a pas de constance dans son engagement européen. Cette réalité a poussé l’Allemagne à voir la Grande-Bretagne comme un bouclier face à une France trop dirigiste et trop protectionniste.

Par ailleurs, l’auteur déplore le mépris du droit et des institutions de la part de la Grande-Bretagne, dont le dirigeant encore en place a refusé de participer à un débat public dans l’hémicycle du Parlement européen, ce qui aurait été un acte démocratique fort et un moyen de relever le niveau du débat. Force est de constater qu’une solution était possible pour éviter ce qui se passe aujourd’hui, sans que celle-ci soit la panacée. La députée Sylvie Goulard propose ainsi de réviser les traités et de créer un statut de membre associé déchargé de certaines obligations avec évidemment des droits réduits. Ce projet d’une Europe multiple, très différenciée, peut être critiqué mais il avait le mérite d’éviter le fiasco actuel, dont David Cameron est en grande partie responsable. Rappelons que ce dernier a souvent présenté à ses électeurs des dérogations pour le Royaume-Uni comme une discrimination à leur détriment, participant ainsi à un euroscepticisme peu rationnel croissant, et qu’il est celui qui a promu l’idée du référendum, s’enfermant dans son propre piège.

L’auteur a fait le choix de partir du cas spécifique britannique pour aboutir à une réflexion plus large sur le devenir de l’Union européenne, et l’argumentaire est solide et peu sujet à critiques. Sylvie Goulard souligne que la question de l’avenir de l’UE reste entière, peu importe le résultat du référendum. Ce qu’il faut, c’est voir ce que l’on veut préserver, c’est-à-dire le système social européen, c’est prendre conscience de ses forces, en l’occurrence l’avance des Etats européens dans leur capacité à mettre en place une véritable gouvernance transfrontalière, et œuvrer à plus de coordination. L’auteur cite l’exemple de la France et de l’Allemagne qui chacune a fait voter une loi sur la stratégie numérique, sans se concerter, sans chercher à proposer une loi d’envergure européenne.

On reproche souvent à l’Union européenne de supprimer la souveraineté de ses membres, des différents peuples, prenant l’exemple de la Suisse qui aurait tous les avantages mais pas les contraintes du système, et dont le Royaume-Uni serait tenté de s’inspirer dans sa nouvelle relation avec l’Union européenne. Or, d’après l’auteur, il faut insister sur les illusions souverainistes que constituent des cas comme celui de la Suisse. Quitte à provoquer, Sylvie Goulard n’hésite pas à affirmer page 77 : « l’Union européenne, au contraire, nous restitue de la souveraineté ». Elle justifie son point de vue par la capacité qu’offre l’Union européenne à ses membres de faire partie d’un bloc puissant, capable de négocier avec de grandes puissances internationales. A titre d’exemple, elle rappelle que le gouverneur de la Banque de France est invité par Mario Draghi, Président de la BCE, alors qu’il y aurait peu de chances qu’il le soit au niveau international si la France suivait le chemin du Royaume-Uni. Autre exemple : les conflits juridiques avec des puissances comme les Etats-Unis, où les pays ne peuvent réellement peser sur les négociations et donc défendre leurs intérêts que par l’intermédiaire des instances européennes.

Dans une dernière partie, l’auteur vise à proposer quelques pistes pour rebâtir l’Union européenne, afin qu’elle réponde mieux aux attentes des peuples qui s’en éloignent toujours plus. Elle affirme que le sursaut ne viendra pas du niveau européen, en raison de la faiblesse des institutions, trop souvent discréditées par les dirigeants nationaux (la France étant une spécialiste dans le domaine). Concernant la France, elle explique de manière originale cette tactique par le mode de fonctionnement de nos institutions : alors qu’en Allemagne et en Italie, le chef du gouvernement assure le service après-vente des différents Conseils européens, la France conserve une forte distance à l’égard de l’Union européenne, où il n’y a pas de débat animé par le Président ou le Premier ministre, les quelques interventions étant réservées au Secrétaire d’Etat aux affaires européennes dont l’action est souvent méconnue et peu médiatisée. Cette distance est amplifiée d’après l’auteur par le peu de place accordée aux programmes européens par les médias français, ne permettant pas ainsi de créer une véritable culture européenne, voire à terme un début de conscience européenne.

En conclusion, Sylvie Goulard veut éviter une Union européenne au rabais, relancer cette dernière et ce peu importe la décision du Royaume-Uni qui peut, par un concours de circonstances, favoriser une véritable redéfinition de la stratégie de l’Union européenne. Comme le rappelle à juste titre l’auteur : « le problème de l’Union européenne n’est pas tant ce qu’elle est que ce qu’elle n’est toujours pas » (p.129).

« Goodbye Europe » est un excellent essai qui mérite d’être lu et relu, encore plus après le résultat du référendum britannique. Ce n’est pas un énième ouvrage sur le projet européen, mais bien une réflexion originale et solide sur les forces et faiblesses de la structure Union européenne qui peut éviter le chaos qui s’annonce, à condition de prendre en compte les aspirations des peuples et de leur proposer un véritable projet européen. On reste toutefois sur sa faim concernant les solutions proposées qui auraient mérité davantage de précisions et d’évaluations de faisabilité.


Recension réalisée le 24 juin 2016

Lien vers le site de la maison d’édition: http://editions.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=49877&levelCode=home