Cyber China (Xiaolong QIU; Editions Liana Levi; mai 2012)

Le mandarin est aujourd’hui la langue la plus utilisée sur la Toile. La Chine est l’un des rares pays au monde à avoir su prendre le meilleur des services numériques américains (Google, ebay…) pour les adapter à sa culture, et accessoirement les contrôler. Bien que scrutée par beaucoup, la Chine demeure un pays mystérieux, en particulier dans sa dimension cybernétique. On fait d’elle une puissance utilisant à l’excès la censure, privant une population de plusieurs centaines de millions de cybernautes de la liberté de commenter, d’interagir, mais cet argument ne résiste pas à la réalité des faits. On la considère également comme le pays capable de provoquer une cyberguerre, au sens militaire du terme, mais les preuves manquent, et peu sont ceux qui rappellent que la Chine ne fait que répondre à un état de fait général.

Il est vrai que les autorités chinoises ne sont guère prolixes lorsqu’il s’agit de définir leur cyberespace, leur conception réelle du rapport cybernaute / Internet. Pourtant, par des voies détournées, on peut avoir un aperçu de ce qu’est le cyber chinois, et c’est ce que parvient à faire avec talent Qiu Xiaolong dans son roman policier Cyber China. L’histoire, assez classique dans sa structure, part de la mort de Zhou, un responsable politique de la municipalité de Shanghai qui aurait été impliqué dans de sombres affaires immobilières. Suicide ? Meurtre ? L’inspecteur principal Chen, bien que simple conseiller sur cette affaire, est le seul en réalité à mener l’enquête, les autres services cherchant à privilégier la thèse du suicide, qui affaiblirait moins le Parti. Le démarrage de l’affaire remonte à la diffusion sur Internet d’une photo montrant Zhou avec un paquet de cigarettes onéreuses, ce qui alimente à une vitesse fulgurante les critiques sur différents forums. Aurait-on cherché à faire payer au cadre son mode de vie, en décalage complet avec les préoccupations d’une population connaissant des difficultés croissantes pour se loger ? L’inspecteur Chen semble perdu au départ, ne voyant pas le caractère particulier, voire sensible de l’affaire. Ce n’est qu’avec la mort de son collègue Wei qu’il est convaincu que cette histoire a des ramifications qui vont au –delà de ses compétences de policier, mais également de poète, ce qui confère à son personnage une sensibilité unique et un mode d’action à part.

Ne connaissant pas le monde du cyber, l’inspecteur Chen fait appel à une journaliste, Lianping, qui travaille pour un journal proche du pouvoir et qui a enquêté sur l’inflation du marché de l’immobilier qui accentue un phénomène de paupérisation déjà visible. La collaboration entre les deux se double d’un désir qu’ils ne peuvent assouvir, de par leurs fonctions et les engagements personnels de chacun. La rencontre de l’inspecteur avec un responsable de site internet, Melong, présenté comme un cyber-activiste, permet au premier de comprendre que des jeux d’influence complexes se déroulent dans le cyberespace : des doutes s’insinuent rapidement quant au rôle exact de cet activiste, qui en dépit de ses diatribes anti-régime, ne semble pas être réellement inquiété par les autorités.

La fin de l’histoire prend le lecteur de court, et incite à réfléchir quant aux actions des cybernautes sur la Toile, qui n’ont pas toujours conscience des implications possibles. Le livre évite l’écueil du conflit bien / mal, liberté / censure, pour présenter une photographie de la société chinoise, confrontée à des problèmes économiques et sociétaux majeurs, et qui se sert du cyber comme d’un exutoire pour dénoncer des fléaux comme la corruption.

Ayant fait l’objet d’une traduction soignée, Cyber China est un très bon roman policier, à multiples entrées, où chacun pourra piocher dans les descriptions de personnages, de lieux, dans les extraits de poème, et se forger ainsi une idée, même éphémère de ce qu’est la société chinoise et de ce que sont les cybernautes chinois.


Recension rédigée le 11 mars 2013

Lien vers le site de la maison d’édition: http://www.lianalevi.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=438

Un commentaire sur “Cyber China (Xiaolong QIU; Editions Liana Levi; mai 2012)

  1. Ping La théorie de la tartine (Titiou LECOQ; Editions Au diable Vauvert; mars 2015) | Livres et géopolitique

Les commentaires sont fermés.